Notes tirées d’un livret créé par MM Wilfrid Mac GAW, le Père Jacques TIERSONNIER et par deux de ses neveux.

Monsieur Bruno DURAND de GEVIGNEY, petit neveu du Père, a eu la très grande amabilité de nous faire parvenir ce livret et de nous donner l’autorisation d’en extraire ce qui suit.

 

 

La Jeunesse de Bernard DURAND de GEVIGNEY

 

Marie, Albert, Bernard DURAND de GEVIGNEY est né le 18 novembre 1890 dans une ancienne maison de famille sise au flanc de la citadelle de Besançon, de Hector DURAND de GEVIGNEY (1855-1940) et de Amicie de RIVERIEUX de VARAX (1862-1916), parents très croyants, généreux et d’une grande sagesse.

Suivant l’usage familial, il fut baptisé le lendemain de sa naissance à la cathédrale Saint-Jean. Il était le quatrième d’une fratrie de huit enfants. 

Bernard de Gevigney 6 ans

 Bernard à 6 ans.

Alors qu’il avait 6 ans, le 5 juillet 1896, le facteur déposa, comme de coutume, le courrier sur une table de l’entrée de la maison de Besançon. Parmi ce courrier, une grande enveloppe intrigua le jeune Bernard. Il eut la curiosité de l’ouvrir et d’en extraire le journal « Le Pélerin ». La page centrale de ce journal montrait un missionnaire adossé à une case subissant l’assaut de guerriers africains.

 

Père de Gevigney 37

Cette image fut une révélation pour le jeune garçon. Par la suite, il la regarda fréquemment, recherchant des renseignements sur ce martyr. Sa vocation de missionnaire était née.

 

Père de Gevigney en famille

 Bernard en famille, assis au 1er rang.

Bernard fit ses premières études chez lui, de 1896 à 1900, sous la conduite d’un ancien instituteur, Monsieur DELEULE, pour qui il conservera une grande admiration.

A la rentrée scolaire de 1900, il rejoignit son frère aîné Roger et devint pensionnaire au Collège Notre-Dame de Mont-Roland à Dôle dans le département du Jura, collège tenu par les Jésuites où son père avait fait une partie de ses études. Bernard y passa 8 années, et fut très marqué par les pèlerinages effectués au sanctuaire de Mont-Roland, un des chemins de Compostelle, à quelques kilomètres du collège.

Au printemps 1908, il y effectua une retraite de fin d’études sous la conduite du Père Louis ROSETTE (1851-1945). A ce moment, il affirma qu’il désirait devenir missionnaire dans le cadre de la Compagnie de Jésus.

Après un baccalauréat de philosophie, Bernard fut reçu au Noviciat de St Léonard’s on Sea par le Père VULLIEZ-SERMET (1860-1942) à Hastings, au Sud de la Grande-Bretagne. Ce Père était le Maître des Novices, très austère, mais apprécié pour son enseignement.

 

Père de Gevigney Novice

En 1970, il écrivait à propos d’un de ses co-novices : « Ah ! Qu’il a raison de remercier le Bon Dieu de la formation que nous a donné la Compagnie. Ce Noviciat avec le Père VULLIEZ- SERMET ! Cette union qu’il y avait parmi la trentaine ou quarantaine de novices que nous étions alors ! Et après le noviciat encore, quelle formation nous a été donnée ! …. Nous avons beaucoup reçu, la Compagnie fut très bonne pour nous.»

Enfin, le 4 novembre 1910, il prononça ses vœux, attendus avec grande impatience. Il quitta alors Hastings pour le Juvénat de Cantorbéry, au sud-est de l’Angleterre. Le Recteur était le Révérend Père de BOYNES. L’année suivante, ayant eu une grosse fièvre typhoïde, et pour achever sa convalescence, le Collège de Bollengo en Italie l’accueillit, et son directeur lui confia une fonction de surveillant des petits enfants.

En mai 1911, Bernard de GEVIGNEY fut appelé à venir passer son Conseil de Révision à Besançon. Il eut la grande joie, de revoir sa famille.

Après un sursis d’un an, il rejoignit la caserne du 60ème Régiment d’Infanterie implantée dans la ville, le 10 octobre 1912. Six mois plus tard, il était nommé Caporal, un an après, Sergent.

 

Père de Gevigney en 1914

Le 11 mars 1914, en centre ville, il intervint pour combattre un violent incendie à la tête d’une petite équipe formée en toute hâte, ce qui lui valut une Citation à l’Ordre du Régiment.

Fin juillet 1914, alors qu’il était parti en permission au Collège de Bollengo, il fut rappelé d’urgence à Besançon car la Mobilisation Générale devenait inévitable. Il avait alors 24 ans.

 

*

 Petit film tourné le Lundi 31 juillet 1944, la veille du débarquement en Normandie. A bord d'un L.S.T. en rade des côtes anglaises, le Père de GEVIGNEY célèbre la messe après qu'un haut-parleur en ait fait l'annonce. Français et Américains se recueillent et communient. Le L.S.T. lève l'ancre pendant la messe. 

Un peu plus tard sur ce film, vers16 heures, le Père, avec ses jumelles, regarde la terre de France se profiler à l'horizon...

Père de GEVIGNEY 1 copie

Cliquer pour visionner le petit film

Père de GEVIGNEY 2

 

*

 RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL